Musique

Écouter de la musique en haute définition sur un baladeur audio.

Les amoureux de la musique le savent bien : le format MP3 ampute grandement un morceau de sa qualité audio d’enregistrement. J’ai toujours acheté des CD, pour les lire sur une petite chaîne hi-fi ou, plus récemment, via une console de son et des enceintes davantage adaptées à ces besoins. Mais force est de reconnaître que la majeure partie du temps, l’écoute musicale se fait en MP3 sur smartphone ou via un ordinateur (pour ma part en tout cas).

En permanence dans les transports en commun et de plus en plus sensible à une qualité d’écoute optimale, mon exigence a augmenté avec le temps. J’ai découvert le site qobuz il y a quelques années et mes premiers pas vers les formats de musique en Haute Qualité ont commencé ainsi. Mais prenons tout d’abord le temps de voir la différence entre un fichier MP3, un de qualité CD (FLAC, WAV…) et un en HI-RES (Haute Résolution, qui est un fichier FLAC également mais encore plus « gros »). Voici trois visuels, provenant de qobuz justement, qui expliquent facilement ces trois formats.

qobuz audio

Pour écouter de la musique dans de bonnes conditions, il faut donc du matériel adapté. Et cela a un coût. J’ai acheté mes premiers disques (tout du moins, ceux que je n’avais pas forcément en boîtier physique) en qualité Haute Résolution (dématérialisés et sortant directement du studio d’enregistrement, donc non compressés même pour une gravure sur disque) sur qobuz (il n’y a que là qu’on peut s’en procurer de toute façon) mais je ne pouvais les lire qu’en raccordant mon ordinateur à des enceintes, pour vraiment constater une différence et savourer pleinement cette qualité.

J’ai depuis investi dans un lecteur audio qui lit les formats FLAC et WAV (mais aussi le traditionnel MP3 si besoin). Inutile d’aller en Fnac pour en acheter, ils n’en vendent pas car il y a trop peu d’acheteurs potentiels… Un conseiller m’informait que l’ensemble des clients ignoraient d’ailleurs qu’il y avait une différence de formats audio.

C’est la marque chinoise FiiO qui est pionnière du genre : leur baladeur musical FiiO X3 me permet d’écouter et profiter pleinement de cette qualité. J’ai longtemps hésité avant de l’acheter, à cause de son coût très onéreux, mais les louanges dans les commentaires sur amazon, ainsi que le prix de « simples » iPod de chez Apple m’ont vite fait basculer et je n’ai aucun regret, au contraire !

Voici donc le petit bijou. Il coûte 219€ (au lieu de 299€) et est livré avec un câble de rechargement/connexion à l’ordinateur. Attention, il n’y a donc pas d’écouteurs avec ni de… carte mémoire. Il faut en effet ajouter une carte SD sur laquelle il y a sa musique. Comptez environ 40€ la carte de 128GO (un iPod 120 GO coûte environ 220€ pour information.)

Lecteur musical audio fiio

Pour parfaire l’ensemble, on peut ajouter les écouteurs officiels de la même marque (75€), livrés dans une élégante boîte, avec une tonne de paires d’adaptateurs à l’oreille différents. C’est la combinaison parfaite pour une écoute optimale. Bien sûr, si vous avez déjà un très bon casque Sennheiser par exemple, ou des écouteurs d’une marque de qualité, pas besoin de cet achat supplémentaire.

Fiio ecouteurs

J’ai donc encodé mes CD en format FLAC, j’utilise pour cela le logiciel MAX sous Mac (à télécharger gratuitement ici). Je vous laisse regarder avec Google pour ceux qui tournent sous Windows. L’avantage de MAX est qu’il permet d’indiquer les artistes, titres des chansons et albums, etc. En effet, un fichier au format FLAC regroupe à la fois l’audio (similaire au WAV) mais aussi les métadonnées (artistes, albums…) ce qui est primordial pour le classement (chose que ne procure pas un fichier WAV).

Ensuite, rien de plus simple, il suffit de lire les fichiers FLAC (ou WAV) depuis le baladeur. On peut également acheter du FLAC HI-RES sur qobuz (cf. plus haut). Si certains vous diront que la différence sonore entre FLAC CD et FLAC HI-RES est très minime, testez vous-mêmes en téléchargeant leurs échantillons gratuits. Bien sûr, il faut les écouter sur des enceintes correctes ou via le lecteur FiiO pour constater les différences. Personnellement je les entends majoritairement pour les quelques albums que j’ai acheté en FLAC HI-RES (parfois la différence est flagrante, parfois peu excessive) ; mais d’une manière générale je me contente du FLAC CD, c’est largement suffisant !

À ce titre, il est important de partager un article de Le Monde, qui revient sur le format HI-RES, expliquant que l’oreille humaine ne peut réellement déceler de différences avec un FLAC CD. Les commentaires sont pertinents aussi (les avis contraires et ceux qui rejoignent le papier). Il est dommage de ne pas avoir au moins évoqué la différence, flagrante en revanche, entre le MP3 et le FLAC. Comme je le soulignais, le FLAC CD et le FLAC HI-RES ont quelques différences mais sont tout de même assez proches, à l’inverse du très éloigné MP3.

Le lecteur audio est également un « bon » lecteur de MP3 (si vous avez quelques bootlegs ou titres introuvables en CD). « Bon » dans le sens où la qualité est meilleure qu’une écoute via smartphone par exemple. Mais le FLAC reste à privilégier, évidemment. Seul défaut de ce format numérique : sa taille (un album varie entre 500 mo et peut grimper jusqu’à 2GO en HR). Je conseille à ce titre d’avoir un disque dur externe complètement dédié à sa musique, (54€ le 1TO, meilleure offre rapport qualité/prix). C’est ce que je fais, si jamais mon ordinateur a des problèmes un jour. Les complétistes (ou « les maniaques ») peuvent aussi opter pour une pochette (22€) du lecteur (qui possède de base une petite coque transparente sur le recto assez solide) ou bien, prendre un étui de disque dur portable pour le protéger (8,49€, très solide et élégant, j’en suis très content). C’est ce que je fais pour transporter le baladeur musical sans qu’il prenne la poussière, de crainte qu’il s’abîme dans un sac ou tout simplement pour tout mettre dedans (les écouteurs, le câble…) lorsque je ne l’écoute pas et que je dois bouger. J’utilise donc une pochette d’un disque dur externe pour le FiiO X3.

Quelques remarques sur le lecteurs :
– une fois le câble relié à l’ordinateur, il y a juste à ouvrir le dossier du baladeur.
– il suffit de glisser/déposer ses fichiers musicaux, c’est très intuitif et d’une simplicité enfantine.
– l’écran n’est pas tactile, il faut tourner la grosse mollette centrale et appuyer sur les boutons autour pour le fonctionnement.
– la carte SD s’insère dans une petite fente sur la droite, pas besoin d’enlever quoi que ce soit sur l’appareil, donc on peut la changer facilement si besoin.
– en plus de la prise de réception pour le casque, il y a une entrée « line/coax out », idéale pour relier à des enceintes via une prise auxiliaire.
– on peut régler le gain et égaliser le volume par genre ou de façon personnelle.
– le lecteur se recharge sur prise prise de courant (pas fourni) ou via l’USB de l’ordinateur (avec le câble fourni).
– chaque album bénéficie d’une pochette, il suffit d’avoir un fichier image (type JPG ou PNG) dans le dossier qui contient les morceaux. Mais attention toutefois, l’écran du lecteur étant rectangulaire, l’illustration (traditionnellement au format carré) sera recadrée automatiquement (cf. ci-dessous).

aaron we cut the night    =>    thumbnail_IMG_20160902_114441

Si vous avez des questions qui ne sont pas posées sur la page amazon du lecteur, n’hésitez pas ! :)

J’ajoute que je ne suis pas ingénieur du son, que je n’ai pas une grande expérience musicale ou une oreille particulièrement sensible ou spécifique à un certain son, je me considère comme un « amateur curieux » mais le constat est sans appel : la qualité sonore est excellente et la différence avec le MP3 est sans appel ! On ressent distinctement certains instruments, ou la voix de l’artiste est davantage mise en avant par exemple, les effets électroniques sont aussi plus perceptibles. Il est difficile de décrire tout ceci mais assurément c’est un bonheur pour les amoureux de la musique !

Interview : Alina Dunaevskaya de Markize

[Découvrez cet article avec une mise en page spéciale sur un joli PDF de 6 pages,
à télécharger gratuitement en cliquant sur ce texte !!]

D’origine russe, Alina commence sa carrière par le conservatoire en danse classique, pendant 10 ans, et le solfège. Elle a aussi été danseuse/comédienne/choriste dans des opérettes par la suite. En 2003, elle rencontre David Verbecq (le batteur), et fonde Markize.
La première démo, Poussières de vie, sort l’année suivante et l’album Transparence en mars 2007. Les réceptions critiques sont positives, le disque est en rupture de stock quelques mois plus tard, une réédition sort en 2009, avec trois titres bonus, dont deux acoustiques, et des vidéos.

Alina [© Angéline Bésigot]

Markize à ouvert Tarja en automne 2010, comment s’est déroulée cette aventure ?
C’est elle qui est venue vers vous ou bien la prod ?

Nous étions en relation avec sa prod il y a quelques mois, et ils nous ont contacté pour nous proposer cette tournée concrètement au mois de septembre. Ça a été une merveilleuse nouvelle, nous n’avons pas hésité une seule seconde de répondre à la positive malgré la préparation du nouvel album. Nous avons fait une pause dans l’enregistrement et sommes partis en tournée avec Tarja en octobre, novembre et décembre dernier.
Nous avons joué en Pologne, République Tchèque, Ukraine, Hollande, Angleterre, Suisse, France, et enfin clôturé cette belle tournée par la Finlande, quoi de plus féerique en cette période de fête !
Le management de Tarja nous a proposé de continuer de faire toute la tournée de décembre avec elle, mais nous avons jugé plus raisonnable de nous poser pour terminer le second album, afin de ne pas prendre plus de retard sur la sortie et contenter nos fans.

« Nous recevons encore aujourd’hui
quantité de messages adorables
de fans de toute l’Europe ! »

Ça a été une expérience fabuleuse et l’accueil du public a été absolument époustouflant, nous ne nous attendions pas à autant de soutien ! Nous recevons encore aujourd’hui quantité de messages adorables de fans de toute l’Europe, et avons même été félicités très chaleureusement par le fanclub officiel polonais de Tarja, WinterStorm Poland.
Tarja nous a énormément soutenu également, et nous a rapporté que les fans disaient que nous étions leur meilleur groupe de première partie. C’est extrêmement touchant, ils nous apportent une telle énergie, une telle force, on se sent plus fort que jamais pour attaquer cette nouvelle année !
On s’attèle aujourd’hui en studio à terminer le nouvel album car nous avons vraiment hâte de partager de nouveaux moments de complicité, avec nos anciens et nouveaux fans en 2011.


Clip de Mon Ange

Un duo, quelque chose, est-il prévu avec elle ?

Pas pour le moment, le nouvel album est composé et nous sommes en plein enregistrement, mais pourquoi pas dans le futur !

Le second album devait sortir fin 2010, peut-on avoir une date et des infos dessus ?

Concrètement le nouvel album sortira courant 2011, la date a dû être déplacée en raison de la tournée. Ce que je peux dire c’est que tout en gardant notre univers sombre et féerique et le côté trilingue, Markize a beaucoup évolué depuis Transparence et cette évolution sera effective dans ce disque.

« L’album sera plus électro,
plus énergique, plus personnel encore,
je pense qu’il va étonner ! »

D’ailleurs, nos fans présents sur la tournée ont déjà pu se rendre compte de cette évolution avec les titres du 2e album que l’on a joué en live. L’album sera plus électro, plus énergique, plus personnel encore, je pense qu’il va étonner ! Le thème commun à toutes les chansons est le sentiment humain, les remous de l’âme face à diverses situations, la temps qui passe, le monde dans lequel on vit et le regard porté dessus.

Le groupe au complet (de g. à d.) : Alina Dunaevskaya (voix/claviers), David Verbecq (batterie),
Julien de Feyssal (basse) et Franck Chentrier (guitares). [© Alexandre Langer]

Comment se déroule une session de travail de Markize (qui compose, qui écrit, etc…) ?

La composition se fait assez naturellement, il n’y a pas de règle particulière. Pour ce deuxième album précisément, certains riffs/chansons ont été apportés par Franck (guitares), puis arrangés en groupe, d’autres par moi (piano, nappes de sons, rythmiques), ou encore des chansons composées en duo par Franck et moi. Une fois la base de la chanson terminée j’arrange l’ensemble. C’est moi qui écris la majorité des textes, mais dans cet album Franck a également participé à l’écriture de deux chansons.

« J’ai été ravie que le russe
plaise autant en France ! »

Tu chantes russe, anglais et français, as-tu une préférence ?

J’aime beaucoup chanter dans les trois langues, et le choix se fait spontanément selon la dynamique de la chanson et la mélodie. J’avoue que j’adore écrire en Français, langue que je trouve très littéraire, très riche et poétique. Mais mélodiquement le russe est l’anglais sont très intéressantes, les sonorités en sont chantantes et vraiment agréables à travailler. J’ai été d’ailleurs ravie que le russe plaise autant en France !

Alina invitée à chanter un duo sur Le Prince bleu avec RoBERT à l’Olympia le 27 mars 2010.

Quelles sont tes influences ?

Elles sont diverses, et surtout ne se limitent pas à la musique pure. En tant que danseuse à la base, je puise beaucoup dans cet art, les ballets classiques russes notamment d’un point de vue mouvance scénique. J’adore également la haute couture (Thierry Mugler, Jean-Paul Gautier, Gallano, Alexander McQueen) qui m’inspire pour dessiner mes tenues de scène. Musicalement, je suis très éclectique et ouverte à tout style, pourvu que la musique et l’émotion qui s’en dégage me touchent.
’écoute autant du métal, du rock, de la pop, que du classique ou du trip hop, de l’electro ou certains artistes Rap même. Parmi les artistes qui me touchent le plus je citerai : Depeche mode, K’s choice, Massive attack, Linkin Park, Muse, Zazie, Mylène Farmer, Tori Amos, Aaron, Katy Melua, Deftones, Delirium, Korn, Radiohead, Mozart…

« J’adorerai chanter avec
Chester Bennington (Linkin Park)
et/ou Matthew Bellamy (Muse) »

Ta salle de concert rêvée ? Ton duo rêvée ?

En tant qu’amatrice d’art ancien je dirai l’opéra Garnier ! Mais en terme de salle de concert je crois que le groupe aimerait se produire à l’Olympia un jour.
J’ai eu la chance d’y être invitée pour chanter un duo avec la très talentueuse artiste Robert le 27 mars dernier lors de la représentation de son spectacle Ange & Démon (le DVD est d’ailleurs disponible à la vente) et ça a été une expérience merveilleuse, alors ce serait un plaisir de la renouveler avec Markize cette fois !
J’adorerai chanter avec Chester Bennington (Linkin Park) et/ou Matthew Bellamy (Muse), ils ont des voix extraordinaires !

Alina [© Alexandre Langer]

Un film peut-il t’influencer pour écrire/ composer, si oui lesquels ?

Oui complètement. Memento (de Christopher Nolan) notamment m’a inspiré le texte d’une chanson. En général des films qui creusent dans l’esprit et la psychologie humaine me touchent et m’inspirent énormément.

Un dernier mot pour conclure ?

Merci à nos fans, ceux qui nous suivent depuis nos débuts, et les nouveaux que l’on a rencontré sur nos tournées, vous êtes notre énergie et notre force ! On vous donne rendez-vous pour le nouvel album !

The Angel’s Tale, l’une des premières chansons écrite par le groupe, jamais éditée, qui ne fera pas partie du 2e album, a été remixée et remasterisée. Elle est disponible en téléchargement légal sur iTunes.
• La maquette de Miroir, premier extrait du second album, est en écoute sur le MySpace du groupe : www.myspace.
com/markize
.
• Le nouvel album sort courant 2011.
Transparence, le premier opus de Markize, est toujours disponible : 15 titres et 3 vidéos bonus.
• Le groupe sera en live le samedi 12 mars prochain, au Cabaret Aléatoire, à Marseille, pour la Red Note, une soirée
unique où la musique se mélange à la mode (plus d’infos sur l’event Facebook).

■ À propos de cette interview : Elle a eu lieu par échange mails pendant plusieurs semaines. Si ma mémoire est bonne, Alina a eu la gentillesse d’accepter après notre rencontre à un de ses concerts en mai 2009. Pas mal de temps s’est écoulé puis on a décidé de terminer une bonne fois pour toute cette interview, il y a peu, en mettant l’accent sur la tournée avec Tarja et donner quelques news pour faire patienter les fans avant l’arrivée du nouvel album. Le PDF est un cadeau pour eux.

AaRON – Birds in the Storm et sa pochette « poésie du quotidien »

La pochette du second album d’AaRON, Birds in the Storm, sorti aujourd’hui, est une photographie de Jasper Juinen, photographe de sport et de divers reportages pour l’agence de presse américaine Associated Press (AP).


Elle a été prise le 16 janvier 2008 dans le village de San Bartolome de Pinares, en Espagne, lors du rituel annuel précédent la fête de Saint Anton, le saint patron des animaux.

Simon Buret, le chanteur du groupe, précise que « ce n’est pas un montage » et explique pourquoi il a choisit cette photographie dans cette interview : « on voulait une espèce de réalité onirique, une poésie du quotidien. Un jour, je suis tombé sur un reportage au sujet d’un festival dans un petit village où ils construisent un feu par-dessus lequel ils font passer leurs animaux pour les protéger du mauvais œil et des maladies toute l’année. Et j’ai trouvé intéressante cette idée de chevaucher son animal pour ne faire plus qu’un avec et de passer à travers le feu. Ce feu qui d’ailleurs est porteur de plein de métaphores. »

AaRON est donc tombé sur cette photo et a contacté le photographe. « Ca correspondait tellement à ce qu’on cherchait (…) on a trouvé ce qu’on voulait et on l’a intégré. »
Le résultat est bluffant :


« Cette poésie du quotidien, c’est quelque chose qu’on a tendance à zapper alors que c’est tellement important. C’est vrai qu’il y a nombre de choses qui nous entourent et qui, si elles sont prises sous un angle de vue différent, peuvent nous parler,
conclut Simon. On est très content de cette pochette parce qu’elle nous représente. Elle caractérise symboliquement ce qu’on a vécu avec ce deuxième album. J’en suis fasciné. Tout comme le titre de l’album, c’est très lisible pour moi : cette extrême fragilité avec cette liberté dans la tempête. »

Olivier Coursier (g.) et Simon Buret sont en tournée
dans toute la France à partir du 21 octobre prochain.
Dates et infos sur le site du groupe :
www.aaronwebsite.com.

■ À peine écouté cet album donc pas de critique pour l’instant. Je constate juste une chose sur les dernières sorties CD, les plus belles chansons sont souvent dans les versions limitées/collector de l’album (comme c’est le cas ici pour Passengers et Embers), comme c’était aussi le cas la semaine dernière pour Raphaël (avec Dépression n°7 et La Fée, en bonus sur l’édition spéciale de son Pacific 231) et comme c’est également le cas pour tant d’autres…