Tag Archive for Thriller

Inception de Christopher Nolan

« Christopher Nolan est un Dieu », voici la première phrase qui vous vient à l’esprit à la fin d’Inception. Juste avant un : « Il faut que je le revois ! ».
Inception est complexe : un thriller fantastique, futuriste, riche, intelligent, dans lequel on plonge littéralement l’esprit pendant 2h30 non-stop, sans temps mort, sans ennui, sans frustration, avec un plaisir immense.
[Cet article ne contient aucun spoilers.]

Dom Cobb (DiCaprio) vole régulièrement des secrets, des idées, enfouis dans le subconscient ou la mémoire de quelqu’un, à travers ses rêves. Pour cela il s’introduit dedans et trouve ce qu’il cherche dans un labyrinthe de paradoxe temporel et gravitationnel. Sa nouvelle mission consiste non pas à récupérer une idée dans un rêve, mais en « insérer » une : faire en sorte que sa victime décide sciemment de faire un choix (politique et social), pour cela une seule méthode : l’inception ! Modifier le subconscient dans l’imaginaire, d’un rêve dans un autre rêve…

« Scénario parfait, mise en scène excellente, musique troublante,
effets-spéciaux réussi, casting sans défauts… »

Nolan prouve qu’il peut se surpasser, innover, produire et écrire (une histoire rédigée sans l’aide de son frère, Jonathan Nolan, ou d’un autre scénariste) un film original, fouillé, pas forcément évident aux premiers abords, et pourtant accessible pour peu qu’on soit concentré. Son scénario est parfait, tout simplement, et sa mise en scène est excellente. La musique, du fidèle Hans Zimmer est troublante, inquiétante, idéale ! Et les effets-spéciaux criant de réalisme. Que demander de plus ?

Le casting cinq étoiles ne possède aucun défaut : Leonardo DiCaprio, le voleur en proie à des démons intérieurs, Joseph Gordon-Levitt, l’organisateur à la grande classe, Ken Watanabe, l’homme riche et puissant, sont impeccables. Tom Hardy, vu dans le terrible Bronson assure la partie cool et comique du film avec brio, Marion Cotillard, mystérieuse et élégante ne fait pas tellement tâche bien au contraire et Ellen Page (Juno), l’architecte du monde des rêves insuffle toute la légèreté adolescente, naïve et féminine qui fait son charme, sans elle Inception serait bien « lourd » avec tous ces mecs ! Enfin, deux habitués des films de Nolan : Cillian Murphy (Le Vent se lève) qui, malgré un rôle secondaire, brille par son charisme, et pour finir Michael Caine, toujours aussi bon dans un court passage.

« Inception est une sorte de fusion des anciens films de Nolan,
l’aboutissement de ses créations, déjà sublimes »

Inception fait indubitablement penser à Matrix (pour la partie monde réel/imaginaire), à Shutter Island (pour le rôle de DiCaprio, ses conflits intérieurs et la musique), Mission : Impossible et James Bond (pour le côté espionnage/action) mais surtout, il rappelle les autres films de Nolan : Memento, Dark Knight, Le Prestige… comme si Inception était la fusion de tout ça, l’aboutissement de ses créations, déjà sublimes. Chapeau l’artiste ! Le pire, c’est qu’une fois sorti de la salle, on se dit que Nolan, ce réalisateur, ce génie, est capable de réussir un Batman 3 supérieur à The Dark Knight !

NB : A voir en ImaX si possible ! D’ailleurs, l’avenir du cinéma ne sera pas en 3D, mais plutôt en ImaX 3D, mais ceci est un autre débat…

■ Vu en avant-première privée en Imax une petite semaine avant sa sortie, je suis ressorti complètement chamboulé en ayant vu Inception. Cette critique est très simple, très soft, car je ne voulais pas en dire trop, éviter de spoiler ce chef d’œuvre aux Internautes. J’écrirai sans doute un article beaucoup plus détaillé et complexe quand j’aurais le DVD ! Oubliez la promo axée sur l’action sur « la scène du crime », tout ça c’est pipo et n’a pas grand chose à voir avec le film, qui est également très émouvant.  En trois jours aux États-Unis, le film a déjà engrangé 60,4 millions de dollars de recettes ! Avec une fin ouverte, une suite est possible (plus d’infos ici), bonne idée ?

Michael Jackson : Le Révolutionnaire

■ Voici un article écrit dans l’urgence, vendredi dernier, lendemain de la mort de Michael Jackson. Les rédactions de l’actu et Mon Quotidien ont décidé de concevoir un numéro spécial sur l’artiste, réalisé en très peu de temps et par une petite équipe. Total : 7 articles accompagnés chacun d’une belle et grande photo. Voici le mien, sur l’angle double : pourquoi Jackson a révolutionné la musique et inspire-t-il toute une génération de chanteurs et danseurs désormais ?

Contexte : Au début des années 1980, Michael Jackson fait le lien entre les musiques des Noirs et des Blancs.

Le « roi de la pop » a révolutionné la musique ainsi que l’art de la scène. Michael Jackson a réussi, à travers ses albums, à mélanger différents genres musicaux pour créer le sien. En 1979, il sort Off the Wall. Le disque comporte plusieurs genres : disco, r’n’b, funk, soul… En 1982, son sixième album, Thriller, a un son plus pop et donc plus populaire. Bad, en 1987, comporte même du gospel, un chant religieux. Dangerous, en 1991, fait découvrir le New Jack Swing, un mélange entre le r’n’b, le hard rock et le hip hop. Michael Jackson innove également lors de ses shows et dans ses clips en laissant beaucoup de place à la danse et aux chorégraphies. La star impose ainsi un style avec Thriller : la chorégraphie en triangle (la star devant, les danseurs derrière). Depuis, d’autres chanteurs ont adopté l’idée : Madonna, Usher, Justin Timberlake, Jennifer Lopez, Pink, Britney Spears… Plus récemment, ses mimiques et sa gestuelle ont inspiré les inventeurs de la Tektonik…

Le saviez-vous ? Quelle chanson de Rihanna contient un sample de Wanna be startin’ somethin’ de Jackson ? Please don’t stop the music.

À propos de cet article : La difficulté, en plus de le rédiger très rapidement, a été d’écrire à la fois pour des enfants, et pour des adolescents. En effet ce sont les mêmes articles qui sont parus dans les deux canards, avec une photo de Une différente.
D’un point de vue journalistique, j’ai fait exactement l’inverse d’un travail normal, c’est à dire que j’ai commencé à écrire mon article en me basant uniquement sur mon propre savoir sur le chanteur, ainsi que sur les connaissances très pointues d’un ami, Éric Waroll, très fan de l’artiste. Et c’est seulement après la première ébauché rédigée que j’ai cherché et recoupé mes sources. Finalement, l’article ne comportait qu’une seule erreur, donc j’en suis assez fier, même si cette manière de travailler n’est pas vraiment la bonne…
Les autres articles de ce numéro spécial concernaient la jeunesse de l’artiste, son succès, notamment via Thriller, le fameux Moonwalk, le travail esthétique des vidéos-clips, le personnage-ovni, sa propriété Neverland, ses procès, etc… Ce double numéro est sorti le lundi 29 juin. Ci-dessous, les deux Une des quotidiens.

Concernant la mort de Michael Jackson, ça m’a fait un petit « choc », si brutale et soudaine, si inattendue… Il faisait parti des artistes que j’écoutais peu mais que j’admirais énormément. La totalité de sa musique ne me « touche pas » mais je reconnais le talent de l’homme. Certaines de ses ballades, en revanche, me bouleversent totalement, comme The Lady in my Life, par exemple, et même plus récemment The Lost Children de son dernier album studio : Invincible, nettement inférieur à ses anciennes productions tout de même.
Comme une majorité de la population, je pense qu’on se souviendra tous de ce qu’on faisait ce soir du 25 juin, un peu comme le 11 septembre…
Je devais peut-être le voir à Londres, je n’avais pas ma place mais un ami en avait une, j’hésitais énormément. Même si globalement je ne suis pas fan de sa musique, j’étais curieux de voir un de ses shows, pour le côté scénique surtout, comme Madonna également. Michael Jackson c’était quand même une voix, un talent fou, un danseur génial, un chorégraphe de talent, un visionnaire, bref un artiste déjanté. Même si ses œuvres sont principalement ancrées dans les années 80-90, il fascinait toujours par son ambigüité et son mystère.

Et pour faire original : Rest in Peace Michael.