Haïti : Une école s'effondre en plein cours.

Un drame s’est produit vendredi : une école s’est effondrée à Pétionville, en Haïti (Antilles), l’un des pays les plus pauvres du monde. Dimanche, le bilan provisoire était de 93 morts, dont de nombreux écoliers. On comptait aussi 150 blessés. Les 3 étages (dont 1 était encore en construction) se sont écroulés alors que les élèves étaient en classe. Cette école accueillait près de 700 élèves, de la maternelle au lycée. Le bilan final risque donc d’être très lourd. La majorité de ces jeunes venaient d’un bidonville, un quartier très défavorisé. Sur place, le président haïtien a expliqué que la construction n’était pas aux normes de qualité. Le gouvernement va inspecter toutes les écoles construites sur le même modèle. Le propriétaire de l’école l’avait construite sans l’aide de spécialistes. Il a été entendu par la police.

PHOTO 1 – Des habitants du quartier ont expliqué avoir entendu des voix d’enfants dans les ruines, vendredi soir. Mais un nouvel effondrement a réduit les chances de retrouver des survivants. Cependant, 4 enfants, dont cette jeune fille, ont été extraits vivants des décombres, samedi.

PHOTO 2 – Les sauveteurs ont utilisé des caméras spéciales, « à infrarouge », pour explorer les décombres de nuit, vendredi et samedi. Les équipes de secours venaient d’Haïti mais aussi des États-Unis, du Canada et de la Martinique (voir photo 4). 14 tonnes d’équipements de secours ont aussi été envoyées sur place par les Américains. Certaines victimes ensevelies étaient toujours vivantes samedi. Elles ont téléphoné à leurs proches, en tentant de donner leur position dans les ruines. Tout le week-end, des habitants ont fait une chaîne pour donner de l’eau et de la nourriture aux blessés. Ils ont aussi apporté des vêtements collectés par la Croix-Rouge locale.

PHOTO 3 – Vendredi et samedi, des dizaines d’habitants du quartier pauvre de Pétionville sont montés sur le toit afin de chercher eux-mêmes des survivants. Ils estimaient que les recherches n’allaient pas assez vite. Mais leur poids pouvait faire tomber ce qui restait du bâtiment. La police a eu du mal a mettre en place un périmètre de sécurité.

PHOTO 4 – 15 pompiers français, accompagnés de maîtres-chiens, se sont rendus sur place depuis l’île de la Martinique, par avion militaire. Les chiens sentent les personnes parmi les décombres, ce qui facilite les recherches. Mais, dimanche soir, les sauveteurs estimaient qu’il n’y avait presque plus d’espoir de retrouver des rescapés.

Thomas Suinot

mq2mq31

■ À propos de cet article : Ma première « Une » pour Mon Quotidien (numéro du mercredi 12 octobre). C’était délicat mais très intéressant, une double page photos à légender et un article récapitulatif sur ce drame. Difficile de parler d’enfants morts à d’autres enfants sans tomber dans un pathos ou un glauque city, je pense avoir éviter cela et je suis content du résultat.

[Photos © :  PlayBac Presse]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *