Tag Archive for soul

Main Square Festival d’Arras 2009 : Festival de Prix !

(Article écrit en février 2009.)

arras-2009

Le coût d’une place de concerts est-il trop exorbitant ? Ça fait longtemps que l’on est tenté de répondre oui. En moyenne 30 euros pour 1h30 de show, et au bas mot 50 dès que le groupe est internationalement connu (Radiohead, Muse…). Lors d’un festival c’est différent : on paie cher car on voit plusieurs artistes. Mais le problème qualité/prix n’est pas résolu pour autant. Prenez par exemple le « Main Square Festival », qui se déroule à Arras, dans le nord de la France, depuis 2004. Cette année, de prestigieux groupes s’afficheront pendant 4 jours : Coldplay, Placebo, Franz Ferdinand, ou encore les artistes Moby, Lenny Kravitz et Duffy. La programmation fait baver n’importe quel mélomane puisque différents genres musicaux se succèderont, du rock à l’électro, en passant par de la pop ou de la soul.

Alors oui, ces quatre jours vont sans doute être géniaux pour les quelque 30.000 festivaliers  attendus qui se déplaceront. Mais ce qui va être génial aussi, c’est la chute du compte en banque ! En effet, les places, mises en vente depuis le mardi 10 février, vont de 55 euros la journée à… 175 euros le pass 4 jours ! Trop cher ? Pas forcément selon le fan, pour qui chaque journée revient à un peu moins de 45 euros, sachant qu’il y a des petits groupes, plus indépendants, qui se produisent entre les têtes d’affiches. Peut-être, mais le déplacement ? Le logement ? Des campings sont mis en place, mais cela suffit-il vraiment à satisfaire le modeste budget alloué à un public majoritairement jeune ? Certainement pas.

Ils sont malins, les créateurs du festival, ils proposent des pass 3 ou 4 jours, les plus chers, mais pas de 2 jours consécutifs. Il y a donc soit le minimum syndical, une journée à 55 euros, soit le maximum, un pass 3 ou 4 jours, incluant donc 2 ou 3 nuits, à 125 euros minimum. Pour voir pendant une bonne heure une tête d’affiche, pendant quatre heures des groupes pas connus, bons ou pas, et attendre le reste du temps, serré comme des sardines, sentant bon la sueur, pour peu qu’il pleuve et que les concerts soient annulés, on sera ravi de ce festival. Ne soyons pas totalement mauvaise langue, la musique, cet art si merveilleux, procure sensations, frissons, émotions, et vaut le déplacement, des frais certes, mais à quel prix ? Quelle solution idéale permettrait de voir davantage de live moins cher ? L’arrêt du téléchargement gratuit ? Non, car mine de rien, ça fait de la promo à un groupe. Que quelqu’un trouve une idée et vite !

CONCERT-Main-Square-Festival-la-suite-de-la-programmation_portrait_w532

À propos de cet article : il s’agit donc d’un billet d’humeur (sans première personne du singulier), rédigé au moment de l’annonce de la mise en vente des billets. Il fait partie d’une série d’édito, billet d’humeur et chronique, que je devais écrire pour mon école de journalisme.

Pour l’anecdote, cette guerre des prix a continué en juin 2009 car le festival était à peine rempli, il y a eu une énorme baisse des prix places. Ceux qui ont acheté leur billet au prix fort (comme moi), n’ont pas eu de remise ou autre. Personnellement je m’en moque un peu, ça ne me dérange pas de payer 55 euros pour voir Placebo. Mais cette politique commerciale était tout de même scandaleuse. Le Monde en avait même fait un article.

Michael Jackson : Le Révolutionnaire

■ Voici un article écrit dans l’urgence, vendredi dernier, lendemain de la mort de Michael Jackson. Les rédactions de l’actu et Mon Quotidien ont décidé de concevoir un numéro spécial sur l’artiste, réalisé en très peu de temps et par une petite équipe. Total : 7 articles accompagnés chacun d’une belle et grande photo. Voici le mien, sur l’angle double : pourquoi Jackson a révolutionné la musique et inspire-t-il toute une génération de chanteurs et danseurs désormais ?

Contexte : Au début des années 1980, Michael Jackson fait le lien entre les musiques des Noirs et des Blancs.

Le « roi de la pop » a révolutionné la musique ainsi que l’art de la scène. Michael Jackson a réussi, à travers ses albums, à mélanger différents genres musicaux pour créer le sien. En 1979, il sort Off the Wall. Le disque comporte plusieurs genres : disco, r’n’b, funk, soul… En 1982, son sixième album, Thriller, a un son plus pop et donc plus populaire. Bad, en 1987, comporte même du gospel, un chant religieux. Dangerous, en 1991, fait découvrir le New Jack Swing, un mélange entre le r’n’b, le hard rock et le hip hop. Michael Jackson innove également lors de ses shows et dans ses clips en laissant beaucoup de place à la danse et aux chorégraphies. La star impose ainsi un style avec Thriller : la chorégraphie en triangle (la star devant, les danseurs derrière). Depuis, d’autres chanteurs ont adopté l’idée : Madonna, Usher, Justin Timberlake, Jennifer Lopez, Pink, Britney Spears… Plus récemment, ses mimiques et sa gestuelle ont inspiré les inventeurs de la Tektonik…

Le saviez-vous ? Quelle chanson de Rihanna contient un sample de Wanna be startin’ somethin’ de Jackson ? Please don’t stop the music.

À propos de cet article : La difficulté, en plus de le rédiger très rapidement, a été d’écrire à la fois pour des enfants, et pour des adolescents. En effet ce sont les mêmes articles qui sont parus dans les deux canards, avec une photo de Une différente.
D’un point de vue journalistique, j’ai fait exactement l’inverse d’un travail normal, c’est à dire que j’ai commencé à écrire mon article en me basant uniquement sur mon propre savoir sur le chanteur, ainsi que sur les connaissances très pointues d’un ami, Éric Waroll, très fan de l’artiste. Et c’est seulement après la première ébauché rédigée que j’ai cherché et recoupé mes sources. Finalement, l’article ne comportait qu’une seule erreur, donc j’en suis assez fier, même si cette manière de travailler n’est pas vraiment la bonne…
Les autres articles de ce numéro spécial concernaient la jeunesse de l’artiste, son succès, notamment via Thriller, le fameux Moonwalk, le travail esthétique des vidéos-clips, le personnage-ovni, sa propriété Neverland, ses procès, etc… Ce double numéro est sorti le lundi 29 juin. Ci-dessous, les deux Une des quotidiens.

Concernant la mort de Michael Jackson, ça m’a fait un petit « choc », si brutale et soudaine, si inattendue… Il faisait parti des artistes que j’écoutais peu mais que j’admirais énormément. La totalité de sa musique ne me « touche pas » mais je reconnais le talent de l’homme. Certaines de ses ballades, en revanche, me bouleversent totalement, comme The Lady in my Life, par exemple, et même plus récemment The Lost Children de son dernier album studio : Invincible, nettement inférieur à ses anciennes productions tout de même.
Comme une majorité de la population, je pense qu’on se souviendra tous de ce qu’on faisait ce soir du 25 juin, un peu comme le 11 septembre…
Je devais peut-être le voir à Londres, je n’avais pas ma place mais un ami en avait une, j’hésitais énormément. Même si globalement je ne suis pas fan de sa musique, j’étais curieux de voir un de ses shows, pour le côté scénique surtout, comme Madonna également. Michael Jackson c’était quand même une voix, un talent fou, un danseur génial, un chorégraphe de talent, un visionnaire, bref un artiste déjanté. Même si ses œuvres sont principalement ancrées dans les années 80-90, il fascinait toujours par son ambigüité et son mystère.

Et pour faire original : Rest in Peace Michael.